Symptômes des troubles neurologiques fonctionnels et de conversion : un guide pour les patients - Français

Hemi

Anxiété / Panique

L'anxiété et la panique sont courantes chez les patients atteints de symptômes neurologiques fonctionnels et dissociatifs. Cependant, beaucoup de patients souffrant de symptômes neurologiques fonctionnels et dissociatifs ne sont pas anxieux (ni déprimés).

L'anxiété et la panique sont aussi très fréquentes dans l'épilepsie et dans d'autres maladies neurologiques.

Ce site internet n'est pas conçu pour parler de ces symptômes en détail.

Certains éléments valent la peine d'être expliqués par rapport aux symptômes fonctionnels:

• Si vous souffrez d'anxiété ou d'attaques de panique, cela ne signifie pas que cela cause vos symptômes. Vous pouvez vous sentir sensible quand les médecins ou d'autres gens vous demandent comment vous vous sentez, mais un bon médecin devrait toujours vous le demander, indépendamment du diagnostic. Par exemple les patients atteints de sclérose en plaque peuvent souffrir d'anxiété et de dépression. Quand c'est le cas, leur qualité de vie n'est généralement pas très bonne; il est alors nécessaire et important de faire tout ce qui est possible pour l'améliorer. Dans le cas des symptômes fonctionnels, ça devrait être la même chose.

• Reconnaître l’anxiété ou les attaques de panique ne signifie pas que vous êtes "fou/folle", ou "faible", ou tout autre chose que pourrait penser les gens (peut-être même vous !). Il existe de nombreux stéréotypes pour ce genre de problème et il n’est pas toujours facile de les gérer. Voir «dans la tête ?» pour plus d’information.

• La cause la plus courante d’anxiété ou d’inquiétude chez les patients souffrants de symptômes fonctionnels est l’anxiété directement liée aux symptômes eux-mêmes. A quoi sont-ils dûs ? Pourquoi est-ce que personne ne me croit ? Est ce que je deviens fou/folle ? Vais-je devenir handicapé(e) plus tard ? Juste parce que l’anxiété concerne les symptômes, ça ne signifie pas que ce n’est pas de l’anxiété. Parfois l’anxiété concernant la santé est un problème écrasant en lui-même.

Beaucoup de patients ne réalisent pas ce qu'est véritablement un diagnostic d'anxiété ou d'attaques de panique. Voici les critères principaux utilisés pour poser le diagnostic de ces maladies, tirés de l'association américaine de psychiatrie (DSM-IV).

Je les ai mis ici afin que vous puissiez les consulter et décider par vous-même s'il est nécessaire d'aller plus loin.

ANXIÉTÉ GÉNÉRALISÉE

A. Au moins 6 mois "d'anxiété excessive et d'inquiétude" à propos de multiples événements et situations. Généralement, "excessif" peut être interprété comme plus que ce qui pourrait être attendu pour une situation ou un événement particulier. La plupart des gens deviennent anxieux pour certaines choses, mais l'intensité de l'anxiété correspond typiquement à la situation.

B. Il existe une difficulté significative dans le contrôle de l'anxiété et de l'inquiétude. Si quelqu'un doit lutter pour retrouver le contrôle, pour se relaxer, ou pour s'adapter à l'anxiété et à l'inquiétude, alors on considère que ce critère est présent.

C. L'anxiété et l'inquiétude sont asocciée, la plupart du temps dans les 6 derniers mois, à 3 ou plus (uniquement 1 pour les enfants) des symptômes suivants:
1. Agitation, sensation d'être remonté, tendu, "à bout"
2. Fatigabilité, ou épuisement
3. Problèmes de concentration
4. Irritabilité
5. Tension significative dans les muscles
6. Troubles du sommeil

D. Les symptômes ne font pas parti d'un autre trouble mental.

E. Les symptômes causent une "détresse cliniquement significative" ou des problèmes de fonctionnement dans la vie de tous les jours. "Cliniquement significatif" est la partie subjective, qui dépend de la perspective de celui qui vous soigne. Certains patients peuvent avoir de nombreux symptômes mentionnés ci-dessus et s'y adapter très bien pour maintenir un bon niveau de fonctionnement, une qualité de vie correcte.

F. Les symptômes ne sont pas dus à une substance ou à une autre maladie générale.

ATTAQUE DE PANIQUE

A Période délimitée de peur ou d'inconfort intense, dans laquelle 5 (ou plus) des symptômes suivants sont arrivés brusquement et ont atteint un pic en 10 minutes:

1) Palpitations, cœur qui bat fort dans la poitrine, ou augmentation de la fréquence cardiaque
2) Transpiration, sueurs
3) Tremblement
4) Sensation de "souffle court" ou d'étouffement
5) Sensation de suffocation
6) Douleur ou opppression thoracique
7) Nausées ou inconfort abdominal
8) Sensation de vertige, d'instabilité, d'étourdissement, ou de malaise
9) Déréalisation (sentiment d'irréalité) ou dépersonnalisation (être détaché de soi-même)
10) Peur de perdre le contrôle ou de devenir fou
11) Peur de mourir
12) Paresthésies (engourdissement ou picotements)
13) Frissons ou bouffées de chaleur

TROUBLE PANIQUE

A) Au moins (1) et (2)

(1) Attaques de panique récurrentes et inattendues
(2) Au moins une des attaques a été suivie par un mois (ou plus) d'une (ou plus) des conditions suivantes:
(a) Inquiétude persistante d'avoir d'autres attaques
(b) Inquiétude sur les implications des attaques ou de ses conséquences (perdre le contrôle, avoir une crise cardiaque, "devenir fou")
(c) Un changement de comportement significatif du fait des attaques

B) Les attaques de panique ne sont pas dues aux effets physiologiques directs d'une substance (abus de drogue, médicament) ou à une maladie générale (par exemple l'hypothyroïdie).

C) Les attaques de panique ne sont pas mieux expliquées par un autre trouble mental.

AGORAPHOBIE

A) Anxiété liée au fait de se retrouver dans des endroits ou des situations d’où il pourrait être difficile ou "gênant" de s’échapper, ou dans lesquelles on pourrait ne pas trouver de secours en cas d’attaque de panique (soit inattendue soit facilitée par des situations spécifiques) ou bien en cas de symptômes similaires à la panique. Les peurs agoraphobies regroupent typiquement un ensemble de situations caractéristiques incluant le fait de se trouver seul en dehors de son domicile, être dans une foule ou dans une file d’attente, sur un pont ou dans un autobus, un train ou une voiture.

B) Les situations sont soit évitées, soit subies avec une souffrance intense ou bien avec la crainte d’avoir une attaque de panique ou des symptômes à type de panique ou bien nécessitent la présence d’un accompagnant.

C) L'anxiété ou l'évitement phobique n'est pas mieux expliqué par un autre trouble mental.

Une sensation de vide, de tension, d'agitation ; le fait d'être facilement fatigué ou épuisé ; des problèmes de concentration ; de l'iritabilité ; une tension importante dans les muscles et des troubles du sommeil... Voici les caractéristiques principales d'une inquiétude excessive et de l'anxiété...